Kinésiologie

Le principe de la Kinésiologie

En observant le triangle de la santé, nous comprenons bien qu’un déséquilibre dans l’un des trois système peut entrainer un déséquilibre dans un autre système voir même affecter l’ensemble.

-structurel : dysfonctionnement mécanique

-bio-chimique : nutrition, environnement, médicaments, etc…

-psycho émotionnel : traumatismes, stress, etc…

Inversement, en résolvant le problème présent dans un système nous pouvons résoudre l’ensemble des systèmes.

Pour identifier les causes de vos conflits actuels et y remédier,  j’utilise le « test musculaire » pour instaurer un dialogue avec le corps et votre inconscient. Le corps conserve une mémoire et est en mesure de nous renseigner sur vos propres besoins pour un retour à l’équilibre.

Le test musculaire va m’orienter et me permettre de définir quelle technique utiliser et également de vérifier le changement enregistré par votre organisme après une équilibration.

A quoi sert la Kinésiologie ?

La Fédération française de kinésiologie définit ainsi la discipline :

« La kinésiologie est une pratique professionnelle destinée à favoriser un état d’équilibre et de bien-être physique, mental et social. Elle regroupe un ensemble de techniques de gestion du stress et des émotions. »

Étymologiquement «Science du mouvement», la kinésiologie est une technique de santé non médicale qui associe les principes fondamentaux de la médecine chinoise avec de nouvelles techniques occidentales. La kinésiologie a pour objectif la gestion et l’élimination du stress sous toutes ses formes et permet ainsi de retrouver son équilibre en réactivant vos propres ressources.

Pour ma part, j’aime utiliser le proverbe suivant pour définir la kinésiologie :

«Lorsque nous mettons des mots sur les maux, les dits maux deviennent des mots dits et cessent d’être maudits.» Guy Corneau

 

En effet, en posant des mots sur les maux et à l’aide de techniques d’équilibrations nous allons permettre la libération des charges émotionnelles. Vous pourrez ainsi poser un nouveau regard sur des situations et événements qui jusque là pouvaient vous affecter. Vous aurez ainsi la capacité de ne plus être esclave, retrouver votre liberté face à ces maux et envisager de nouvelles perspectives.

La kinésiologie peut être utile dans de nombreux domaines dont les difficultés n’ont pas d’origine médicale connue. En voici une liste non exhaustive :
  • Libération de stress, d’émotions, de nervosité, d’angoisses, d’états dépressifs qui paralysent le système de pensées
  • Libération des peurs, des inhibitions, des blocages
  • Amélioration des tensions et des déséquilibres corporels : fatigue, douleurs, migraine, insomnie, prise de poids, troubles de l’appétit
  • Gestion des difficultés relationnelles, personnelles ou professionnelles
  • Gestion du trac : prise de parole en public, examens, permis de conduire, entretien d’embauche, etc.
  • Amélioration des apprentissages et des difficultés scolaires en général : concentration, mémoire, agitation, perte de moyens, compréhension, etc.
  • Amélioration de l’estime de soi, de la confiance et de l’enthousiasme
  • Gestion des changements de vie brutaux : deuil, choc affectif, séparation, perte d’emploi, etc.
  • Amélioration des performances physiques et sportives
  • Accompagnement émotionnel des pathologies
  • Bien vivre la grossesse ou le projet de grossesse et bien accompagner bébé
  • Équilibre global et apprendre à mieux se connaître

Le kinésiologue ne remplace en aucun cas le médecin. Il ne fait ni diagnostic, ni prescription médicale et ne demande pas d’arrêt de traitement médical.

L’histoire de la kinésiologie

En France, la profession de kinésiologue est protégée depuis 2003 et de plus en plus de complémentaires santé incluent au forfait les séances de kinésiologie.

  • Fin XIXe, le Dr Palmer (USA) jette les bases d’une technique de réajustement vertébral sous l’appellation «chiropractie» ou «ostéopathie».
  • Il est suivi par d’autres médecins américains – Dejarnette, Chapman et Bennet qui pratiquent des techniques réflexes permettant une action à distance d’une région du corps à une fonction ou organe. – En 1920, le Dr Bennet remarque une amélioration de la circulation sanguine lorsque l’on touche certains points de la tête. – En 1930, le Dr Chapman remarque qu’en massant certains points du corps, une douleur apparaît mais les symptômes diminuent.
  • En 1960, le Dr Goodheard, Américain lui aussi, découvre que chaque grand muscle est en relation avec un organe donné et que certains points améliorent le muscle. En renforçant un muscle qui teste faible, il parvient en même temps à améliorer le fonctionnement de l’organe concerné. Il établit donc une correspondance entre points et muscles. Comme il connaît l’acupuncture, il fait aussi le lien entre muscles, organes et méridiens associés. Il crée une méthode d’équilibration du corps ; méthode gardée secrète par les chiropracteurs jusqu’au début des années 1970.
  • Le Dr Thie (USA) souhaitant rendre accessible au grand public cette technique, écrit en 1973 «Touch for Health» (traduit en 25 langues) qui devient la base, le tremplin de diverses formes de kinésiologies. Dans ce livre, il établit les relations entre muscles, méridiens et points réflexes lymphatiques et vasculaires. Au fil du temps, ces différents professionnels se rendent compte qu’on peut établir, à l’aide du test musculaire, si la cause de l’affaiblissement du muscle est un problème structurel, biochimique ou psychique. Ainsi, se met en place la notion d’un système d’inter-relations entre le structurel, le lymphatique, le neurologique, l’énergétique, le psychologique et le biochimique.
  • Début des années 70, Daniel Whitesite, Gordon Stockes et Candace Callaway développent le lien entre l’émotion et l’énergie et créent «3 concepts en 1» ou «One Brain». Cette technique permet de désamorcer les émotions du passé qui bloquent les perceptions du présent. Un blocage émotionnel crée un blocage énergétique dans le corps. Et un blocage énergétique fait surface de multiple façons, y compris sous forme de maux physiques. L’essentiel des problèmes physiques trouve leur origine dans une cause émotionnelle.
  • Toujours début des années 70, le Dr Diamond, psychiatre australien, créateur de la technique «Stress sans détresse» fait le lien entre l’émotion et l’énergie. En fonction des ambiances des méridiens, il met au point une série d’affirmations positives par méridien qui permettent de transmuter les sentiments négatifs associés à une problématique.
  • Durant les années 80, plusieurs branches de la kinésiologie se développent, dont la «kinésiologie éducative» ou «Brain Gym» créée par Paul Dennison, également fondateur d’une école pour dyslexiques. La kinésiologie éducative utilise le mouvement pour faire travailler les deux hémisphères du cerveau de manière harmonieuse.

Déontologie de la kinésiologie :

Ce que n’est pas la kinésiologie :

  • La kinésiologie n’est pas une médecine et ne substitue en aucun cas au médecin.
  • Le kinésiologue ne fait ni diagnostic, ni prescription médicale et ne demande pas d’arrêt de traitement médical.
  • La kinésiologie n’entre pas dans de cadre de l’ésotérisme ou de l’art divinatoire.
  • Le test musculaire n’est pas utilisé à des fins de prédiction, ni pour induire ou interpréter une quelconque réalité, ou encore pour contrecarrer des décisions personnelles.